Analyse : le trio du cloud public ne pourra plus être rattrapé

Cloud Computing : Face à AWS, Azure et GCP peu d’acteurs de l’IT sont encore en mesure de mettre la main à la poche pour investir dans des datacenters de cloud public. Seul Oracle fait encore (un peu) de résistance.

La course aux datacenters de cloud public est particulièrement coûteuse et un trio de tête se dégage sur un secteur très concurrentiel. Amazon (AWS), Microsoft (Azure) et Google (GCP) sont les trois principaux acteurs de ce marché de l’informatique hyperscale, dont l’objectif est de fournir à l’ensemble des acteurs économiques, de la startup naissante à la plus importante des organisations, une puissance facturée à l’usage et disponible en temps réel.

 

Les dépenses annuelles de Micosoft, Google et Amazon depuis 2013 montrent une croissance des investissements, la palme en revenant à Amazon. Au quatrième trimestre 2016 ces trois entreprises ont dépensé pas loin de 9 milliards de dollars d’investissement dans les datacenters. (Source : WSJ)

le Ces trois entreprises ont dépensé 31,5 milliards de dollars en 2016 pour rester en course sur un secteur qui dévore capitaux et mètres carrés. Un chiffre qui comprend à la fois les dépenses en immobilisations et les contrats de location-acquisition. Cela représente une hausse de 22% par rapport à 2015. Certes, ces montants ne sont pas tous consacrés à l’IaaS (Infrastructure as a Service). Mais ces acteurs reconnaissent que le cloud est un secteur d’investissement majeur.

A l’instar de secteurs comme le pétrole et le gaz où des montants considérables sont consentis à la prospection, les investisseurs sont capables de véritablement miser des sommes considérables sur les bénéfices futurs du cloud computing. Et les investissements continuent. Amazon.com vient d’annoncer l’implantation de plusieurs datacenters à Stockholm. De quoi créer une nouvelle zone régionale de cloud. Le coût estimé d’une telle opération est de plusieurs centaines de millions de dollars. L’entreprise devrait ensuite ouvrir de nouvelles régions à Paris et Ningxia, en Chine. Microsoft doit de son côté également bientôt ajouter des emplacements en France et aux Etats-Unis. Google doit aussi implanter de nouveaux centres de données en Californie, au Canada et aux Pays-Bas.

Environ 500 milliards de dollars ont été dépensés l’an passé sur l’ensemble de l’infrastructure de cloud (puissance de calcul, stockage, réseau, logiciels de contrôle et de supervision et bases de données) nécessaire au bon fonctionnement des centres de données assure le Gartner. Des sommes qui créent aussi un écart considérable entre les quelques acteurs de tête dans le secteur et les éventuels concurrents qui ne peuvent engloutir des investissements aussi gigantesques pour rester en course.

Oracle, le Dernier des Mohicans

Certaines entreprises ont d’ors et déjà changé de stratégie face aux titans du cloud computing. HPE a fermé son cloud public Helion, qui peinait a trouver un équilibre financier. De même International Business Machines (IBM) avait acheté SoftLayer Technologies en 2013 avec l’idée d’aller vers le cloud public. Aujourd’hui l’entreprise c’est recentré sur le SaaS (Software as a Service), un autre segment du cloud computing, en proposant des outils de pointe. Mais l’entreprise semble avoir délaissé le segment du IaaS.

Mais d’autres persistent. Oracle par exemple a lancé l’an passé ses services d’infrastructure de cloud et à affirmé s’engager dans la compétition face à AWS, avec des arguments parfois douteux pour les clients. L’an passé Oracle a dépensé 1,7 milliard de dollars sur la construction de centres de données.

Au dernier trimestre les revenus tirés de l’activité d’IaaS (Infrastructure as a Service) de la société ont augmenté de 17%, à 178 millions de dollars. A titre de comparaison le chiffre d’affaires net d’AWS à progressé de 47% pour atteindre 3,54 milliards de dollars sur la même période assure le WSJ.

  • Les dépenses d’infrastructure de cloud ont augmenté de 9,2% en 2016
  • Cloud computing: 5 conseils pratiques à l’usage des PME
  • L’heure est venue de foncer tête baissée dans le cloud
  • L’avenir du cloud computing est vertical
  • Utilisation du cloud comme plate-forme pour l’innovation

Analyse : le trio du cloud public ne pourra plus être rattrapé

Source : L’article << Analyse : le trio du cloud public ne pourra plus être rattrapé >> est extrait de ZDNet

Du contenu qui pourrait bien vous intéresser !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-09-18T18:29:40+00:00

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.