Chiffrement : les Five Eyes donnent le (mauvais) ton

Sécurité : Les pays membres des Five Eyes: les États-Unis, l’Australie, l’Angleterre, la Nouvelle-Zélande et le Canada, se sont réunis la semaine dernière à Ottawa. À cette occasion, ils ont fait part de leur volonté de mieux lutter contre le terrorisme, notamment sur la question du chiffrement.

Si l’Europe a pris l’initiative, les Five Eyes n’entendent pas rester à la traîne. Le regroupement de pays alliés autour du renseignement s’est réuni en début de semaine dernière à Ottawa (Canada), afin d’aborder la question de la lutte contre le terrorisme. Une question qui avait déjà été abordée au cours des précédentes semaines, notamment à l’occasion de la rencontre entre Emmanuel Macron et Theresa May. Dans un communiqué commun, les pays membres des Five Eyes résument le résultat des discussions ayant eu lieu à l’occasion de cette rencontre.

Chiffrement : les Five Eyes donnent le (mauvais) ton - 2017 - 2018 

Sans surprise, les partisans du chiffrement fort ont probablement quelques soucis à se faire, mais le communiqué publié reste succinct sur ce sujet. Les gouvernements écartent ainsi la mise en place de portes dérobées au sein des systèmes, mais précisent néanmoins que « le chiffrement peut poser de nombreux problèmes aux autorités pour garantir le maintien de l’ordre en empêchant aux enquêteurs l’accès à certaines communications dans des cas de crimes graves. »

Les membres des Five Eyes s’engagent donc à renforcer leur coopération avec les entreprises du numérique pour « explorer des solutions, sans pour autant remettre en question la sécurité informatique ainsi que les droits et libertés individuelles. » Le débat sur le chiffrement est actuellement très vif en Australie, qui est le pays ayant appelé à des régulations plus strictes pour les opérateurs proposant des services de communications chiffrées, notamment via la mise en place de « protocoles » permettant aux autorités d’accéder aux données transitant sur leurs plateformes.

Outre la question du chiffrement, le communiqué aborde plus généralement celle de la cybersécurité et évoque même la récente épidémie WannaCry. Mais cette mention n’a pas été suivie de décision ou de prises de position précises, le communiqué se contente de mentionner la collaboration déjà en place entre les pays des Five Eyes.

Comme en Europe, les pays anglo-saxons des Five Eyes entendent également lutter contre la diffusion de contenus terroristes sur les principaux réseaux sociaux. Le groupe des Five Eyes apportera ainsi son soutien au nouveau forum lancé par les acteurs de la Silicon Valley afin de favoriser les échanges de bonnes pratiques et de technologies pour la lutte contre les contenus terroristes.

En Europe comme dans le monde anglo-saxon, les gouvernements occidentaux sont à l’unisson sur la lutte contre le terrorisme. Si la question des backdoors semble aujourd’hui écartée du débat, les opérateurs et éditeurs de réseaux sociaux vont néanmoins devoir composer avec les États pour mieux lutter contre ces contenus.

Chiffrement : les Five Eyes donnent le (mauvais) ton

Source : L’article Chiffrement : les Five Eyes donnent le (mauvais) ton >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

Chiffrement : les Five Eyes donnent le (mauvais) ton - 2017 - 2018
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-07-04T23:11:07+00:00

Laisser un commentaire