Chiffres clés : le chômage des informaticiens

Chiffres : L’année 2016 s’est terminée sur une légère baisse du chômage (-600 inscrits en catégorie A), une première depuis 2010. Et en février 2017, la baisse s’est poursuivie, mais pas dans la catégorie A où le nombre de chômeurs stagne. Le recul demeure faible néanmoins au regard de la forte progression des recrutements.

2017, la stagnation (Fév 2016 – Fév 2017) – Année après année depuis la crise financière de 2007/2008, le chômage dans l’informatique et les télécoms poursuivait sa hausse. Si des mois de baisse intervenaient, des mois de hausse y succédaient, entrainant mécaniquement une hausse des demandeurs d’emploi d’une année sur l’autre.

Mais le cycle a manifestement pris fin en 2016. Pour la première fois, l’année s’est refermée sur un recul du nombre d’inscrits à Pôle Emploi. Le chômage est en baisse sur un an de 1,57% pour la catégorie A, mais de seulement 0,61% pour les catégories ABC réunies.

Le reflux reste faible avec seulement 600 chômeurs de moins dans la catégorie A, et tout juste 300 pour les trois principales catégories. Rappelons en outre qu’il avait fortement progressé en 2015 : +1700 pour la catégorie A.

Il faudra donc plusieurs années consécutives de baisse du chômage pour gommer les hausses successives. 2017 a démarré sur une évolution très modeste du nombre de chômeurs. Pour la catégorie A, celle des chômeurs sans aucune activité, le chômage stagne globalement depuis 4 mois à 37.700 en février 2017.

Catégories ABC réunies, la tendance semble assez similaire même si le mois dernier a été caractérisé par un net repli à 48.200 (contre 49.000 en janvier 2017). Sur un an, la baisse est néanmoins mince – mais plus marquée pour la catégorie A (-2,38%).

Le numérique contribue-t-il assez à l’emploi ? Du côté des services et logiciels IT, les six années consécutives de créations nettes (14.000 revendiquées en 2015 et autant pour les cadres en 2016) d’emplois n’ont pas semblé produire un effet suffisant pour faire reculer le chômage. Ces entreprises ne sont cependant pas les seules à employer des informaticiens et des professionnels des télécoms.

Le Munci, une association de professionnels de l’informatique très attentive aux questions d’emploi, signale une explosion des chômeurs dans ces métiers depuis 2011. En tenant compte de toutes les catégories (A, B, C, D, E), le chiffre atteignait 88.240 en décembre 2015 (66.110 en décembre 2011).

Les recrutements font oublier la crise – Depuis fin 2008, et le début de la dernière crise économique, le chômage des informaticiens était reparti à la hausse, avant de légèrement baisser en 2016. Le niveau flirte néanmoins avec celui atteint après l’éclatement de la bulle Internet avec 49.000 demandeurs en janvier 2017 pour les catégories ABC.

Et pourtant l’Apec a observé en 2016 une très nette reprise des recrutements de cadres dans l’informatique à 43.900 (en CDI ou CDD d’au moins un an). Et pour 2017, l’agence table sur une nouvelle progression avec 46.100 et 51.000 embauches de cadres.

Une particularité des employeurs de l’informatique et des télécoms cependant : privilégier les jeunes, notamment pour des raisons de coûts. En 2015, les cadres de moins de 6 ans d’expérience représentaient 66% des embauches. C’est encore beaucoup, notamment par rapport aux autres secteurs. C’est cependant en très nette baisse par rapport au passé, et par exemple 2013 (75%).

Chiffres clés : le chômage des informaticiens

Source : L’article << Chiffres clés : le chômage des informaticiens >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

Par | 2017-04-01T03:33:32+00:00 avril 1st, 2017|Actualité|0 commentaire

Laisser un commentaire