Confidentialité et Sécurité : des obstacles pour l’achat d’objets connectés ?

47% de consommateurs (sur un échantillon de 28 pays) éviteraient d’acheter des objets connectés à cause de leur manque de sécurité et des risques que cela représente pour leur vie privée, selon une étude d’Accenture.

internet-des-objets
Image : Hot for Security

Selon l’étude, “la confidentialité est devenu un des critères principaux pour le consommateur ; les failles de sécurité les font davantage hésiter lors de l’achat d’objets connectés. Plus de 2/3 des consommateurs interrogés sont maintenant au fait des récentes failles de sécurité résultant d’attaques cybercriminelles, les objets connectés faisant l’objet de vols de données ou de disfonctionnements”.

24% des sondés ont eux décidé de reporter leur achat compte tenu de leurs inquiétudes persistantes en terme de sécurité.

En général, 47% des consommateurs interrogés justifient leurs réticences à acheter des objets connectés par leurs doutes en termes de confidentialité et de sécurité. Ce chiffre monte à 60% en Indonésie et à 58% en Afrique du Sud et en Chine, ce qui est révélateur du fait que l’industrie ne bénéficie pas encore d’une confiance totale du consommateur, nécessaire pour porter l’innovation des objets connectés toujours plus loin.

Aux Etats-Unis, la Consumer Technology Association, association de consommateurs organisant chaque année le Consumer Electronics Show (CES, ou Salon de l’ Electronique Grand Public), prédit une augmentation de 21% des ventes d’appareils de domotique connectée (maison intelligente) en 2016, soit 8.9 millions d’unités vendues en plus, générant 1.2 milliards de dollars de revenu (soit plus d’1.1 milliards d’euros), selon The Journal.

Le prix de ces technologies reste cependant le principal obstacle à l’achat : 62% des consommateurs interrogés confirment cette idée et ce malgré la prépondérance des problématiques de sécurité associées aux objets connectés. Les marchés développés seraient cependant moins impactés par cette problématique de prix que les marchés émergents : ainsi, les consommateurs en provenance de Russie, de Roumanie et des Philippines sont ceux qui invoquent le plus le motif du prix comme étant un obstacle à l’achat, selon les auteurs de l’étude Accenture.

Cette étude a d’ailleurs été menée en Octobre et Novembre 2015, sur un ensemble de 28 000 consommateurs dans 28 pays différents, comprenant l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la République Tchèque, la France, l’Allemagne, la Hongrie, l’Inde ; l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Mexique, les Pays-Bas, les Philippines, la Pologne, la Roumanie, la Russie, L’Arabie Saoudite, la Slovaquie, l’Afrique du Sud, la Corée du Sud, l’Espagne, la Suède, la Turquie, les Emirats Arabes Unis, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

By | 2017-01-27T21:15:36+00:00 janvier 27th, 2016|Accueil|0 Comments

Leave A Comment