"Désormais quand il y a une panne sur le cloud personne ne s’en aperçoit"

Cloud Computing : Les pannes régulières des géants du cloud public ne semblent en rien affecter les gros clients dans leur volonté de prendre le chemin du cloud. La baisse des coûts et les efforts des fournisseurs en matière de conformité sont deux vecteurs plus importants.

Vous connaissiez la petite phrase : “désormais, quand il y a une grève en France personne ne s’en aperçoit.” Et bien il semble que nombre de clients puissent à présent dire “quand il y a une panne sur le cloud personne ne s’en aperçoit.” C’est en tout cas la conviction de nombreux responsables de sociétés du secteur de la banque et de la finance suite à la panne d’AWS survenue le 28 février dernier.

 

Qu’auraient pensé ces responsables de la panne si elle était advenue il y a deux ans ? Reuters estime que les banques américaines auraient alors été freinées dans leur volonté d’aller vers le cloud public. Preuve de la force de conviction du cloud public en 2017, l’incident n’a visiblement eu aucune influence sur les intentions des clients d’accélérer sur le chemin du cloud. Et la panne d’AWS n’est pas isolée.

Une partie du cloud Azure de Microsoft a plongé dans le noir pendant 8 heures dans la nuit de mercredi à jeudi dernier sur la zone est de l’Amérique du Nord. Une panne note Silicon Angle “que personne n’a probablement remarqué”. Microsoft admettait dans son bulletin que certains clients ont malgré tout pu “éprouver des difficultés à provisionner de nouvelles ressources ou à accéder à leurs ressources existantes” pendant la durée de la panne.

Concrètement Google, Amazon ou encore Microsoft assurent désormais aux clients du secteur de la finance et de la banque que le cloud est non seulement plus économique et rapide que les systèmes traditionnels, mais qu’il est également plus fiable et sécurisé. “Un nid de poule sur la route vers le cloud”. C’est ainsi que qualifient les analystes interrogés par l’agence de presse après la panne d’AWS (lire : Le service S3 d’AWS victime d’une panne aux US). Une panne qui n’avait pas eu d’influence sur le fonctionnement d’amazon.com mais qui avait touché de nombreux clients d’AWS.

Aucune technologie n’est infaillible

Une panne qui montre simplement qu’aucune “technologie n’est infaillible” affirment les spécialistes et les clients. “Vous ne pouvez pas dire si vous utilisez Amazon que vous obtenez la sauce magique du cloud et que tout fonctionnera parfaitement” note Yevgeniy Brikman, le co-fondateur de Gruntwork, une start-up spécialisée dans le cloud. “Et si vous utilisez votre propre centre de données, vous ne pourrez pas dire que tout fonctionnera parfaitement. Ce ne sont que des outils.” Surtout que les outils de cloud coûtent de moins en moins cher.

Une étude IDC montre que les grandes banques mondiales vont économiser 15 milliards de dollars d’ici 2019 en migrant vers le cloud, soit une réduction de 25% de leurs coûts d’infrastructures. Conséquence : deux tiers des entreprises du secteur de la banque et de la finance utiliseront des services de cloud “d’une manière significative” d’ici l’an prochain, estime IDC. D’une manière significative, mais en plus avec de très gros clients. Les banques JP Morgan, Goldman Sachs ou encore Capital One utilisent à ce jour des services de cloud mutualisés, tout comme le Nasdaq ou d’autres organisations de régulation américaines.

Amazon reste le fournisseur de cloud le plus important, avec 40% de part de marché sur le cloud public affirme Synergy Research. Une marché qui progresse à un rythme annuel de 50%.

Une des réponses qu’ont su apporter les fournisseurs de cloud public aux exigences particulières des acteurs de la banque et de la finance en matière de sécurité et de conformité concerne la localisation du stockage des données. AWS et Azure ont multiplié ces derniers mois les installations de datacenters dans différents pays de manière à respecter les différentes réglementations locales sur la confidentialité des données.

  • 5 priorités pour aller sur le cloud computing pour 2017
  • Les services managés dans un univers de cloud computing
  • L’avenir du cloud computing est vertical
  • Le cloud computing hybride est l’avenir, même si les dirigeants ne savent pas trop quoi en faire
  • Les services managés dans un univers de cloud computing

Source : L’article << "Désormais quand il y a une panne sur le cloud personne ne s’en aperçoit" >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

By | 2017-03-19T14:34:15+00:00 mars 19th, 2017|Actualité|0 Comments

Leave A Comment