DSI : contrôler ou déléguer ?

DSI : contrôler ou déléguer ? - 2017 - 2018

Décisions IT : Face à la numérisation progressive des directions métier, les DSI sont confrontés à un dilemme : doivent-ils conserver la main sur l’ensemble des solutions déployées, au risque de voir prospérer le shadow IT, ou mettre en place des process d’autonomisation des équipes opérationnelles ? La réponse passe par des choix de plateformes adaptées à une gouvernance partagée.

Il n’a jamais été aussi simple de provisionner un service IT. Alors que les DSI ont pendant des années gardé la main sur la fourniture des solutions informatiques, les directions métier peuvent aujourd’hui souscrire à un outil en mode SaaS très rapidement et sans disposer de compétences techniques particulières. Dans ce nouveau paysage, les responsables du système d’information font face à un véritable dilemme : doivent-ils reprendre le contrôle et limiter la capacité des métiers à déployer les solutions dont ils besoin, au risque de nuire à leur productivité et de voir se développer un shadow IT incontrôlable ? Ou doivent-ils laisser le champ libre aux utilisateurs, au risque cette fois de s’exposer à des failles de sécurité et à de multiples problèmes d’intégration ? Si la première option s’apparenterait à une victoire à la Pyrrhus, la seconde serait une véritable fuite en avant. Heureusement, une troisième voie est possible.

L’avènement des coadministrateurs

L’avènement du cloud a mis à mal des principes de gouvernance établis depuis longtemps dans les entreprises. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, les DSI peuvent tirer avantage de ce bouleversement. Le cloud peut être une formidable opportunité de mettre à profit cette implication des utilisateurs pour établir une nouvelle forme de gouvernance : la coadministration. Exemple avec une technologie plébiscitée par les professionnels : la synchronisation et le partage de fichiers dans le cloud (on cherche à sortir du sync and share pour passer vers la gestion de contenus dans le cloud ). Très simples à utiliser, ces solutions permettent d’accompagner les nouveaux scénarios mobiles en faisant abstraction des devices et des OS embarqués. Mais elles constituent également un défi pour les DSI qui ont parfois du mal à en contrôler l’utilisation. C’est pourquoi un acteur comme Box, très présent dans le monde professionnel, a intégré à son offre différents rôles qui permettent au responsable de déléguer certaines prérogatives.

L’idée est de capitaliser sur l’autonomie grandissante des utilisateurs pour se décharger d’une partie du travail d’administration. Si l’administrateur principal conserve les droits d’accès les plus forts, il peut être épaulé par une équipe de coadministrateurs auxquels il allouera des privilèges spécifiques. Un collaborateur du support peut par exemple être responsable de la création des comptes quand une autre du service juridique pourra mener des audits sur l’usage de la plateforme. Mais le DSI pourra surtout nommer des administrateurs de groupe. Chefs de service, responsables de projet, personnels des ressources humaines ou encore directeurs régionaux, ces derniers seront à la tête d’une subdivision de la plateforme Box, qui leur permettra de répondre aux besoins exprimés par leur propre groupe d’utilisateurs. Dans la limite du périmètre qui leur aura été attribué, ils pourront ainsi créer des comptes, gérer les droits d’accès aux fichiers ou encore obtenir des rapports sur l’activité du groupe.

Une gouvernance gagnante-gagnante

L’équipe IT reste ainsi garante du bon fonctionnement, de la sécurité et de la conformité de la solution globale, mais alloue une part des ressources aux métiers en les laissant libres de l’utiliser comme ils le souhaitent. Plus qu’un transfert de pouvoir à marche forcée, la transformation numérique de l’entreprise devient alors l’occasion d’une refonte gagnante-gagnante des règles de gouvernance. Gagnante pour le personnel informatique, qui peut consacrer davantage de temps et de moyens et à des projets innovants, plutôt qu’à essayer de nager à contre-courant en limitant les usages du cloud. Gagnante pour les métiers, qui peuvent de cette façon obtenir plus de latitude sur l’utilisation de nouvelles technologies utiles à leur mission, sans pour autant mettre en péril les données de la société. Contrôler ou déléguer ? Les deux mon DSI !

DSI : contrôler ou déléguer ?

Source : L’article DSI : contrôler ou déléguer ? >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

DSI : contrôler ou déléguer ? - 2017 - 2018
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-09-18T18:29:43+00:00

Laisser un commentaire