Informatique : un léger mieux sur le front du chômage

Chiffres : En mars, le nombre de demandeurs d’emploi dans l’informatique et les télécoms a légèrement baissé avec 47.000 chômeurs en catégorie A. Un recul faible cependant au regard du dynamisme économique du numérique et des embauches.

L’inversion (durable) de la courbe du chômage ne s’est pas produite. En mars, au niveau de l’ensemble de l’économie française, le chômage est reparti nettement à la hausse : +1,3% pour la catégorie A, celle des chômeurs sans aucune activité.

Dans les métiers de l’informatique et des télécoms, la tendance se démarque régulièrement du reste de l’économie. Ainsi en mars, le nombre d’inscrits à Pôle Emploi a légèrement reculé, à l’image des mois précédents.

Dynamisme économique, mais chômage élevé

L’administration comptabilisait 37.000 chômeurs de catégorie A, contre 700 de plus un mois auparavant. Sur un an, la baisse est faible néanmoins à tout juste -0,5%. D’ailleurs en intégrant les catégories B et C, le chômage reste orienté à la hausse par rapport à 2016, de peu cependant.

En effet, en mars, Pôle Emploi recensait 47.400 demandeurs d’emploi, contre 48.200 en février et 47.600 en mars 2016. Globalement, dans un secteur où les employeurs vantent la dynamique des embauches (46.600 pour les seuls cadres en 2016) et se plaignent de difficultés de recrutement, le chômage demeure stable malgré tout.

Et cela marque déjà une évolution par rapport aux années précédentes. Malgré des prévisions de croissance économique encourageantes, les métiers de l’IT et des télécoms comptent toujours de nombreux chômeurs.

Dans son dernier document conjoncturel, Syntec Numérique tient cependant à souligner son engagement en faveur du retour à l’emploi des chômeurs. Par l’intermédiaire du POE (préparation opérationnelle à l’emploi), l’organisation patronale affiche un bilan de près de 8500 chômeurs formés et recrutés depuis 2014, dont 4260 en 2016.

Le droit du travail, un obstacle ?

Quelles solutions pourraient répondre aux problèmes de l’emploi dans le secteur ? Syntec Numérique, prenant comme postulat que le droit du travail est inadapté, propose de le réformer, en particulier en prévoyant de nouvelles clauses de rupture. Le patronat prône ainsi un “contrat de travail plus agile”.

Mais simplifier des licenciements est-il une solution au chômage ? Certains économistes le soutiennent, tout comme les organisations patronales, parmi lesquelles le Medef. Ces partisans pourraient obtenir le soutien d’Emmanuel Macron.

S’il est élu, le candidat promet une réforme, par voie d’ordonnances, du droit du travail dès cet été. L’ancien ministre de l’Economie veut aller au-delà de la loi El Khomri, par exemple en plafonnant les indemnités prud’homales.

Informatique : un léger mieux sur le front du chômage - 2017 - 2018Voir aussi notre page
Chiffres clés : le chômage des informaticiens

Informatique : un léger mieux sur le front du chômage

Source : L’article Informatique : un léger mieux sur le front du chômage >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

Informatique : un léger mieux sur le front du chômage - 2017 - 2018
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-09-18T18:29:34+00:00

Laisser un commentaire