La montre hybride a plus la cote que les modèles avec apps

Business : IDC table sur une nette croissance des ventes de montres connectées en 2017 à 71,4 millions d’unités. Toutefois, la majorité de ces montres sont des montres traditionnelles et hybrides, sans apps tierces comme l’Apple Watch.

La montre hybride a plus la cote que les modèles avec apps - 2017 - 2018 

La recette d’Apple a été de développer l’environnement applicatif autour de ses différents terminaux, qu’il s’agisse de l’iPhone ou de l’iPad. Avec sa montre connectée, le fabricant a naturellement appliqué le même business model.

Et le succès n’est pas aussi net. L’Apple Watch, comme les montres concurrentes, demeure trop dépendante du smartphone, en plus de souffrir d’une faible autonomie. Mais les consommateurs ne sont pas non plus convaincus par la pertinence du modèle applicatif.

La montre connectée lancée trop tôt ?

Selon IDC, si les livraisons de montres connectées, sur le marché des wearables, restent orientées à la hausse, c’est avant tout grâce aux versions dites “basiques” de ces montres. En 2017, 71,4 millions de montres devraient s’écouler dans le monde.

Et sur ce total, l’avantage revient donc aux montres basiques, c’est-à-dire n’exécutant pas d’apps tierces comme le proposent notamment l’Apple Watch, la Samsung Gear ainsi que les modèles sous Android Wear.

Si croissance il y a sur le marché des montres connectées, c’est avant tout du fait des produits hybrides : l’apparence d’une montre classique, avec des composants électroniques pour des fonctions connectées.

Et ces produits hybrides se développent du fait des ressources croissantes engagées par nombre de fabricants de montres traditionnelles. L’Apple Watch et ses équivalents Android n’ont assurément pas tué les historiques.

IDC prévoit néanmoins une hausse en volume en 2019 grâce à l’ajout de la connectivité cellulaire sur ces produits. Les montres avec apps gagneront alors en liberté vis-à-vis du smartphone. Il leur faudra toutefois aussi progresser sur le front de l’autonomie. L’intérêt des apps devra aussi être clarifié.

La montre hybride a plus la cote que les modèles avec apps - 2017 - 2018

Toujours est-il que les montres représentent l’essentiel du marché des wearables, soit 56,9% de ces objets connectés en 2017. Et ce poids ne devrait faire que s’accroître au cours des prochaines années, grimpant à 67% en 2021.

Cette hausse s’effectuera au détriment des bracelets ou traqueurs d’activité, croit savoir IDC. Sur ce segment, le cabinet table sur une croissance annuelle moyenne de 1,2% entre 2017 et 2021. Une mauvaise nouvelle pour son leader, Fitbit, tout en expliquant sa diversification dans les montres.

Une “nouvelle phase” pour les wearables

Plus largement, IDC estime que la transformation du marché des wearables se poursuit, pour entrer dans “une nouvelle phase”. Il atteindra 125,5 millions d’unités cette année (+20,4%). “Depuis la création du marché, il s’agissait d’obtenir des produits pour générer de la sensibilisation et de l’intérêt. Maintenant, il s’agit de parvenir à la juste expérience” commente l’analyste Ramon T. Llamas.

Mais qu’est-ce que cette expérience ? Difficile à dire. Ce qui semble moins abstrait, c’est la finalité ou “la façon dont le logiciel collecte, analyse et présente des données utiles”. Mais pour IDC, il faudra pour cela attendre les terminaux de deuxième et troisième génération.

De futurs appareils comparés auxquels ceux d’aujourd’hui sembleront “vieillots”. Pour cela, les analystes misent sur l’arrivée d’assistants numériques, de la connectivité cellulaire et de connexions à des systèmes plus vastes, au domicile comme au travail.

“Ce ne sont pas seulement les utilisateurs finaux qui bénéficieront de ces terminaux avancés” suggère Jitesh Ubrani, analyste principal chez IDC. “Des opportunités existent également pour les développeurs et les partenaires distributeurs pour fournir les applications, les services et la distribution qui soutiendront l’abondance croissante des wearables.”

Et IDC veut croire à une plus-value également dans le monde de l’entreprise, et plus uniquement celui du grand public. “Du point de vue du déploiement, le segment commercial en bénéficie également avec des wearables qui permettent productivité, coûts en baisse et augmentation du ROI à long terme.”

La montre hybride a plus la cote que les modèles avec apps

Source : L’article La montre hybride a plus la cote que les modèles avec apps >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

La montre hybride a plus la cote que les modèles avec apps - 2017 - 2018
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-09-18T18:29:18+00:00

Laisser un commentaire