Le sextoy connecté collectait les données des utilisateurs : 3,5 millions d'euros d’amende

Business : La société canadienne à l’origine du vibromasseur connecté accepte de payer une amende suite à un recours collectif de la part de plusieurs acheteurs. Ceux-ci reprochaient à la société de stocker les données d’utilisation des sextoys sur ses serveurs.

Les sextoys connectés ont la côte, mais les constructeurs n’ont pas encore pris le pli des problématiques de vie privée et la société canadienne Standard Innovation en paie le prix fort. La société commercialisait en effet un vibromasseur connecté baptisé WeVibe, qui présentait la particularité de pouvoir être complètement contrôlé depuis une application mobile.

Le sextoy connecté collectait les données des utilisateurs : 3,5 millions d'euros d’amende Sécurité, Juridique, Business 

Mais les clients de la société ont entamé un recours collectif après avoir découvert que la société collectait les données d’utilisation des vibromasseurs : fréquence d’utilisation, réglage, température, autant de données qui étaient directement remontées par l’application vers les serveurs canadiens du constructeur. La politique de Standard Innovation en matière de données personnelles était déjà problématique, mais les failles de sécurité du dispositif n’ont pas arrangé le constructeur.

Lors de l’édition 2016 de la Defcon, des chercheurs ont en effet révélé plusieurs failles affectant le système WeVibe qui permettaient à un tiers d’exploiter des failles au sein du protocole bluetooth utilisé par l’application pour en prendre le contrôle. Ce sont les chercheurs à l’origine de cette étude qui ont rendu publique la politique agressive de Standard Innovation en matière de données personnelles. À l’époque de la publication de ce document, la société avait répondu que les données collectées étaient utilisées à des fins « d’études de marché. »

Comme le rapporte le Guardian, les utilisateurs ont donc obtenu gain de cause et la société WeVibe a accepté de dédommager les utilisateurs de son sextoy connecté. La société a provisionné une enveloppe de 4 millions de dollars canadiens, soit environ 3,53 millions d’euros, pour rembourser les clients affectés. Les utilisateurs de l’application pourront ainsi réclamer jusqu’à 10 000 dollars de dédommagement.

Le sextoy connecté collectait les données des utilisateurs : 3,5 millions d'euros d’amende

Source : L’article Le sextoy connecté collectait les données des utilisateurs : 3,5 millions d'euros d’amende >> est extrait de ZDNet

Du contenu qui pourrait bien vous intéresser !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites. Ok