Les objets connectés grand-public utiles pour la santé ?

Technologie : D’après une étude universitaire US réalisée en partenariat avec un éditeur d’appli de santé, Cardiogram, un objet connecté peut contribuer à diagnostiquer des personnes souffrant d’arythmie cardiaque. Une Apple Watch ne remplace pas cependant les méthodes conventionnelles.

 

Les objets connectés comme les traqueurs d’activité ou les montres connectés peuvent-ils s’avérer réellement utiles sur un plan médical ? D’après une récente étude de GFK, la santé est le premier argument justifiant l’intérêt des consommateurs pour les wearables.

Sauf que dans le même temps, ces consommateurs doutent de l’apport de ces appareils électroniques dans ce domaine. Ce bénéfice doit être démontré. C’est d’ailleurs en partie ce que préconisait en 2015 l’Ordre des médecins qui appelait à poursuivre l’évaluation scientifique.

Un complément aux méthodes conventionnelles

L’université de Californie vient justement de présenter les résultats d’une étude menée auprès de 6158 personnes. La finalité était d’établir si un objet connecté équipé d’un capteur mesurant le rythme cardiaque pouvait contribuer à détecter des troubles cardiaques.

A toutefois directement contribué à l’étude l’éditeur d’une application dédiée, Cardiogram. La neutralité n’est donc pas garantie. Son algorithme a ainsi été mis à contribution, tout comme l’Apple Watch du géant américain.

Selon Cardiogram, une affection cardiaque peut être détectée grâce à ces outils technologiques. C’est peut-être aller un peu vite cependant. L’étude illustre pour l’heure la capacité des capteurs de l’Apple Watch à différencier un rythme cardiaque normal et une fibrillation auriculaire (AF).

La montre connectée, et le logiciel spécifique de l’éditeur partenaire de l’étude, afficheraient un niveau de précision de 97%. La fibrillation auriculaire est une arythmie cardiaque grave, associée à un risque accru d’insuffisance cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Bien que les malades souffrent de palpitations cardiaques et de fatigue, l’AF est souvent asymptomatique et donc difficile à diagnostiquer. Si les résultats de l’étude semblent prometteurs, cela ne signifie pas que nous devrions nous fier aveuglément aux wearables et aux applications pour diagnostiquer les conditions de santé.

“Si le dépistage par la technologie mobile ne remplacera pas les méthodes de surveillance plus conventionnelles, il est susceptible de filtrer efficacement ceux qui présentent un risque accru et de réduire le nombre de cas non diagnostiqués d’AF” déclare Gregory M. Marcus, directeur de la recherche clinique pour la Division de cardiologie à UCSF.

Les objets connectés grand-public utiles pour la santé ?

Source : L’article << Les objets connectés grand-public utiles pour la santé ? >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

Par | 2017-05-13T02:51:47+00:00 mai 13th, 2017|Actualité|0 commentaire

Laisser un commentaire