MacronLeaks : l’Anssi ne confirme pas la piste russe

Sécurité : Dans une interview donnée à l’agence Associated Press, le directeur de l’Anssi Guillaume Poupard est revenu sur les fuites données ayant touché la campagne d’Emmanuel Macron juste avant le 2e tour. Selon lui, rien ne prouve l’implication de la Russie dans cette attaque.

En matière d’attaque informatique et de cyberguerre, personne ne veut jeter la pierre. Le directeur de l’agence Nationale de sécurité des systèmes d’information est revenu sur l’affaire des MacronLeaks, ces fuites de données importantes ayant touché la campagne du candidat Emmanuel Macron peu de temps avant le second tour du scrutin. Une importante masse de documents dont une partie était tirée des serveurs de la campagne avait ainsi été publiée en ligne, moins de 48h avant le début du second tour et donc en plein pendant la trêve médiatique accordée avant l’élection.

MacronLeaks : l’Anssi ne confirme pas la piste russe Sécurité, Cybercriminalité, Cyberattaques 

Bien évidemment, les regards s’étaient alors immédiatement tournés vers la Russie. L’exemple de l’élection américaine, perturbée par des attaques informatiques attribuées à la Russie, était encore dans tous les esprits. Mais la manœuvre semblait cette fois assez grossière et bien moins préparée en amont que celle ayant visé le parti démocrate lors de sa convention.

Dans une interview donnée au Figaro la semaine dernière, le président russe Vladimir Poutine a nié toute intervention des services secrets russes dans les élections américaines ou françaises, précisant tout de même que certains groupes de citoyens russes pouvaient avoir choisi de prendre les états pour cible. Selon le président, ceux-ci n’ont aucun lien direct avec le gouvernement russe et ne prennent pas leurs ordres auprès du Kremlin.

Une thèse confortée aujourd’hui par les déclarations de Guillaume Poupard, directeur de l’Anssi, interrogé par l’agence de presse américaine AP. Dans une interview accordée à l’agence et portant sur le climat de cyberconflit qui règne actuellement, le directeur est revenu sur le cas des attaques ayant visé la campagne d’Emmanuel Macron. Selon lui, l’attaque « n’est pas d’un niveau technologique très élevé » et contrairement à celle ayant visé TV5 Monde, rien dans l’affaire des MacronLeaks ne permet de lier cette attaque au groupe APT28.

Le groupe APT 28, connu aussi sous les noms de Fancy Bear, est un groupe de cybercriminels dont les cibles sont étroitement liées aux objectifs stratégiques de la Russie. Mais dans cette affaire, rien ne permet selon le directeur de l’agence d’établir que cette attaque a été menée par un tel groupe : Guillaume Poupard explique qu’au vu de la complexité de l’attaque, elle pourrait même avoir été menée par une seule personne. Difficile de dédouaner complètement la Russie, mais l’Anssi se refuse donc à pointer du doigt et préfère rester prudente sur l’attribution de cette attaque.

MacronLeaks : l’Anssi ne confirme pas la piste russe

Source : L’article << MacronLeaks : l’Anssi ne confirme pas la piste russe >> est extrait de ZDNet

Du contenu qui pourrait bien vous intéresser !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites. Ok