Mêlant nouveau et ancien Microsoft, Teams peut faire de l'ombre à Google

Technologie : Microsoft Teams mélange l’opportunisme de l’ancien Microsoft avec l’ouverture du nouveau, mais l’outil collaboratif n’est pas encore capable d’évincer Slack pour imaginer une nouvelle façon de travailler.

 

Avec un fort accent mis sur l’IA lors de son événement développeur Build, une grande partie des efforts de Microsoft durant la dernière année s’est détournée de ses vaches à lait, à savoir Windows et Office.

Mais l’éditeur n’en a pas moins ajouté un élément important à sa suite bureautique, Microsoft Teams, suscitant plus d’attention qu’avec de nouvelles extensions récentes, comme l’étrange créateur de site multimédia Sway.

Pour un produit axé sur la collaboration, il regroupe des éléments de l’ancien et du nouveau Microsoft.

Comme l’ancien Microsoft, Teams se montre opportuniste, ne craignant pas de s’aventurer dans des eaux encombrées. Produit fondé sur un paradigme défini par Slack, il a pris en compte une menace émergente – contrairement aux cibles antérieures de Microsoft telles que Netscape et Novell.

Microsoft n’a pas eu peur non plus de rivaliser avec lui-même alors que Teams débarque au milieu d’un ensemble confus d’options de collaboration comprenant Skype (for Business), Yammer et SharePoint. Ce dernier, lui-même conçu en réaction au pionnier du groupware, Lotus Notes, accueille les conversations Teams, tout comme OneDrive héberge ses fichiers.

Mais Teams est également un produit du nouveau Microsoft. Il est disponible sous forme d’abonnement dans le cadre d’Office 365 pro. Teams est multi-plateforme depuis le début, disponible sur iOS, Android, MacOS et le Web, et Microsoft a rapidement évolué pour maintenir les clients à la parité.

Teams illustre également la volonté de Microsoft de travailler avec des concurrents, une stratégie pratiquée tout au long de sa carrière, mais qui s’est accentuée avec Nadella. Microsoft a acquis un plug-in Teams auprès de Trello, la populaire application Web Kaban de l’éditeur d’outils développeurs Atlassian, qui développe aussi HipChat, un outil concurrent de Teams. Et si Teams en lui-même n’est pas un exemple éclatant d’IA, il n’en  reste pas moins un foyer accueillant pour les bots de Microsoft et d’autres.

En fusionnant l’ancien et le nouveau Microsoft, le défi de Teams consiste à aborder anciens et nouveaux mondes du travail. Pour cela, l’éditeur a fermé les yeux sur le succès viral de Slack, disponible dans une version gratuite sans liens avec un service sous abonnement, contrairement à Teams.

Comme Wunderlist, que Microsoft a acquis et intègre à sa suite Office en tant que Microsoft To-Do, Teams se montre très prometteur pour la productivité personnelle, et c’est une excellente façon de favoriser la familiarisation avec l’outil.

Microsoft semble conscient de cette opportunité. Compte tenu de son intégration étroite avec d’autres produits Microsoft, Teams pourrait bien se révéler être un atout pour détourner les utilisateurs de Slack, mais aussi des services Google Office Suite, souvent utilisés avec Slack.

Mêlant nouveau et ancien Microsoft, Teams peut faire de l'ombre à Google

Source : L’article << Mêlant nouveau et ancien Microsoft, Teams peut faire de l'ombre à Google >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

Par | 2017-06-01T20:19:03+00:00 juin 1st, 2017|Actualité|0 commentaire

Laisser un commentaire