NotPetya a coûté cher à Saint-Gobain

Sécurité : L’entreprise française estime que la campagne de ransomware dont elle a été victime lui a coûté 1% de revenus, soit pas moins de 220 millions d’euros.

Le chiffrage des conséquences des attaques Petya/NotPetya commence à se préciser et il fait plutôt mal. Même si le ransomware semblait viser principalement l’Ukraine, des organisations dans le monde entier ont été victimes de cette cyberattaque.

NotPetya a coûté cher à Saint-Gobain Sécurité, Ransomware 

L’une des premières victimes de haut niveau en dehors de l’Europe de l’Est était la société danoise de transport et d’énergie Maersk qui a fermé ses systèmes informatiques sur plusieurs sites en raison de l’attaque. Reckitt Benckiser – connu pour les produits de nettoyage Dettol, les comprimés de Nurofen, les préservatifs Durex et plus encore – a averti que l’attaque pourrait lui coûter jusqu’à 100 millions de livres sterling.

La société a été victime de Petya le jour de l’attaque mondiale du ransomware et, une semaine plus tard, certaines de ses applications clés restent partiellement opérationnelles et un certain nombre de sites ne sont toujours pas opérationnels.

En France, c’est le géant Saint-Gobain qui a vu certaines de ses filiales (Lapeyre, Point P) paralysées. A l’occasion de la publication de ses trimestriels, le groupe estime à 220 millions d’euros sa perte en revenus sur les six premiers mois de l’année, soit 1,1 % de son chiffre d’affaires. Le résultat d’exploitation est quant à lui amputé à hauteur de 65 millions d’euros (soit 4,4 % du total).

“Les systèmes informatiques ont été rétablis rapidement avec un retour à la normale dans l’ensemble de nos activités opérationnelles le 10 juillet (et l’attaque n’aura pas) d’impact sur les relations commerciales à venir”, poursuit la firme. Reste que sur l’ensemble de l’année, Saint-Gobain table sur 250 millions d’euros de chiffre d’affaires en moins à cause des conséquences de ces attaques.

Très peu de victimes de Petya ont payé aux pirates la rançon. Certains ont spéculé que le ransomware était une couverture pour l’objectif réel du virus : provoquer le chaos en rendant les données des machines infectées irrécupérables.

NotPetya a coûté cher à Saint-Gobain

Source : L’article << NotPetya a coûté cher à Saint-Gobain >> est extrait de ZDNet

Du contenu qui pourrait bien vous intéresser !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées et réaliser des statistiques de visites. Ok