Nous avons besoin de villes meilleures, pas simplement intelligentes

Avenir de l’IT : La simple création d’applications basées sur l’internet des objets pour une ville serait suffisante pour améliorer la qualité de vie des citoyens, mais ce n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler concevoir une ville intelligente.

Le concept de “ville intelligente” concentre toutes les attentions en ce moment. L’internet des objets a la capacité d’alimenter à peu près tout dans une communauté urbaine, depuis les éclairages publics jusqu’aux poubelles, en passant par les voitures et les routes elles-mêmes, ainsi que de fournir des données en temps réel. Autrement dit, nous avons désormais une capacité sans précédent de gérer nos villes avec une efficacité et une productivité plus grandes que jamais.

 

Vue d’artiste d’une des rues centrales de la ” Smart City Kazan ” (Source : Wikipedia / Regiars)

Toutefois, on s’attend trop souvent à ce que les avantages des villes intelligentes soient évidents. On croit à tort que le simple fait de créer des applications basées sur l’internet des objets pour une ville est suffisant pour améliorer la qualité de vie des citoyens. Dans notre quête de villes hyperconnectées et ultra-efficaces, il existe un besoin réel de s’assurer que, plutôt que de simplement intégrer l’internet des objets dans une communauté juste parce que c’est possible, nous œuvrons à ce que chaque composant d’une ville intelligente ait des résultats réels et mesurables pour les citoyens.

Prendre en compte les besoins spécifiques des citoyens

Peut-être devrions-nous envisager les choses en termes de création de villes meilleures, plutôt que de villes intelligentes. Nous parlons d’environnements où la santé, la sécurité et le mode de vie des citoyens sont améliorés, pas seulement par l’existence de ces technologies de l’internet des objets, mais parce que la ville et la communauté utilisent activement ces technologies comme plate-forme et base de lancement vers des solutions extrêmement personnalisées qui prennent en compte les besoins spécifiques des citoyens.

Alors en plus de déployer des poubelles et éclairages intelligents, des capteurs environnementaux et autres objets qui surveillent la ville en temps réel et fournissent des informations aux résidents ou aux organismes administratifs en fonction des besoins, la prochaine étape vers le développement de villes meilleures consiste à adopter les principes de l’économie du partage pour encourager un sentiment communautaire plus fort et la participation de tous les habitants d’une localité donnée.

Le potentiel pour les administrations à tous les niveaux et pour les communautés de collaborer mieux et plus efficacement à travers des villes meilleures est réel. Les services numérisés peuvent être rendus plus accessibles à un éventail plus large d’individus et sous des formes plus diverses ; en réduisant ainsi la nécessité de se déplacer (ou la dépendance à la voiture), cela peut aider les personnes à mobilité réduite ou celles qui n’ont pas accès à une voiture ou aux transports publics.

Les barrières entre la communauté et les services gouvernementaux peuvent être abolies

Des services de partage de voitures pourraient être proposés à un plus grand nombre de personnes. Les services de santé, d’hébergement et de soutien communautaire peuvent également être rendus disponibles plus facilement et à la demande. Plus que tout, l’idée d’une ville meilleure est que les barrières entre la communauté et les services gouvernementaux peuvent être abolies, sans introduire une inefficacité supplémentaire dans la capacité des administrations à exécuter leurs services.

L’autre grande priorité des villes meilleures doit porter sur le fait que personne ne doit être laissé pour compte. Les communautés défavorisées, minoritaires et niches au sein d’une ville présentent un risque réel d’être encore plus marginalisées par ces solutions technologiques si elles sont déployées sans tenir compte des conditions sociales, économiques, culturelles ou linguistiques des plus vulnérables.

Une ville meilleure réussie proposera la technologie déployée sous la forme d’une plate-forme que ces groupes pourront utiliser pour l’appliquer à leur propre communauté en vue d’améliorer leur qualité de vie et la participation au sein de la communauté plus globale.

Comment aller vers le succès maximal ?

Le concept de ville intelligente ne fonctionne que lorsque la technologie et l’internet des objets sont utilisés dans l’objectif explicite d’améliorer les résultats pour les citoyens, autrement dit, lorsqu’ils servent à créer des villes meilleures. Le potentiel est qu’avec les données qui sont collectées via ces technologies et l’efficience qui en est obtenue, les villes intelligentes pourraient être considérées uniquement comme une initiative permettant d’améliorer l’efficacité administrative, de réduire les coûts ou de trouver de nouveaux flux de revenus pour les entreprises.

Le concept de ville intelligente appliqué de la sorte ne générera pas les résultats maximaux que la technologie promet actuellement. C’est seulement en se rappelant que tout ceci doit être fait au bénéfice des citoyens et des communautés que les initiatives de ville intelligente rencontreront un succès maximal.

  • Smart Cities : vers des villes plus intelligentes, plus économes et plus durables
  • Villes connectées : Paris au 4e rang mondial selon Ericsson
  • Les nouveaux usages dans la “Smart City”
  • Le Big Data, la clé des Smart Cities de demain
  • Smart Cities : Stockholm passe au temps réel

Nous avons besoin de villes meilleures, pas simplement intelligentes

Source : L’article << Nous avons besoin de villes meilleures, pas simplement intelligentes >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

Par | 2017-04-04T22:23:03+00:00 avril 4th, 2017|Actualité|0 commentaire

Laisser un commentaire