Orchestration du Cloud : Microsoft s'empare de Cycle Computing

Technologie : Microsoft achète Cycle Computing, qui développe un logiciel pour l’orchestration des traitements informatiques dans les cloud Azure, Amazon et Google, pour un montant non divulgué. C’est une mauvaise nouvelle pour les clients des cloud concurrents d’Azure.

Microsoft a annoncé son intention d’acheter un fournisseur d’orchestration du cloud computing Cycle Computing pour un montant non divulgué.

 

Microsoft présente l’accord, annoncé le 15 août, comme un moyen de permettre à ses clients d’utiliser l’informatique haute performance et d’autres fonctionnalités “Big Computing” dans le cloud public.

Jason Zander, vice-président d’Azure, détaille les motivations de cette opération dans un billet de blog de Microsoft :

“Comme les clients continuent à chercher des moyens plus rapides et plus efficaces pour gérer leurs traitements, la profondeur et l’expertise de Cycle Computing autour d’applications massivement évolutives en font un partenaire idéal pour rejoindre notre équipe Microsoft. Leur technologie améliorera encore notre support des workloads Linux HPC et simplifiera le débordement des traitements on-premise sur le cloud.”

Support d’AWS et Google maintenu, mais temporairement

Le PDG de Cycle Computing, Jason Stowe, dans son propre blog, a annoncé que l’entreprise comptait des clients dans les secteurs de la fabrication, de l’assurance-vie, de l’industrie pharmaceutique et de la biotechnologie, des médias et du divertissement, des services financiers, des startups et de l’administration.

“Rejoindre Microsoft présente des opportunités incroyables. Son empreinte globale sur le cloud et son offre hybride unique est conçue pour les entreprises, et son équipe Big Compute/HPC a déjà livré des technologies essentielles telles que InfiniBand et les GPU de prochaine génération. L’équipe Cycle a hâte de combiner la technologie CycleCloud pour la gestion des workloads calcul et données de Linux et de Windows, avec la feuille de route de l’infrastructure Big Compute de Microsoft Azure” déclare Stowe.

Selon le site Web de Cycle Computing, le logiciel Cycle fonctionne actuellement avec Azure, mais aussi Amazon Web Services et Google Cloud. Le logiciel Cycle orchestre des traitements, gère des données et “équilibre les options du cloud”, selon les mots de l’entreprise et fonctionne à la fois avec les cloud privés et publics des différents vendeurs.

ZDNet a demandé à Microsoft s’il entendait préserver le support à AWS et Google Cloud – pas seulement Azure – avec la technologie Cycle.

Un porte-parole de Microsoft a répondu : “Nous continuerons à supporter les clients de Cycle Computing utilisant AWS et/ou Google Cloud. Les futures versions de Microsoft seront centrées sur Azure. Nous nous engageons à fournir aux clients une expérience de migration transparente à Azure si et quand ils choisissent migrer.”

Depuis 2005, le logiciel de Cycle a été utilisé pour “déployer des clusters virtuels et de stockage et exécuter des traitements de pointe génomiques, d’apprentissage machine, de simulation et de calcul scientifique pour le gouvernement, les universités, les Fortune 500 et toutes les entreprises novatrices axées sur les données comme The Aerospace Corporation, Lockheed Martin, Purdue University, JP Morgan Chase et Pfizer s’appuyant sur millions d’heures de calculs basées sur le cloud” indique son site.

Ni le billet de Microsoft ni celui de Cycle ne fournissent de détails sur les modalités et le calendrier de l’intégration du logiciel de Cycle à la plate-forme de services Azure de Microsoft.

Orchestration du Cloud : Microsoft s'empare de Cycle Computing

Source : L’article << Orchestration du Cloud : Microsoft s'empare de Cycle Computing >> est extrait de ZDNet

Du contenu qui pourrait bien vous intéresser !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-09-18T18:28:44+00:00

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.