Pourquoi les microservices ne sont peut-être pas faits pour tout le monde

Avenir de l’IT : Conseil au sujet de l’abstraction : un ancien ingénieur d’Uber nous explique à qui profitent ou pas les microservices.

Une architecture de microservices n’est pas faite pour tout le monde. Elle peut être ingérable pour les petites entreprises dont les ressources informatiques sont limitées. Pour les entreprises dont les systèmes existants sont suffisamment performants, elle ne vaut peut-être pas la peine d’essayer de décomposer en différentes parties leurs systèmes en microservices. Il se peut même qu’elle ne soit pas adaptée à une culture DevOps.

 

C’est du moins l’avis de Susan Fowler, ingénieur à Stripe, auteur de l’ouvrage Production-Ready Microservices et ex-ingénieur dans l’équipe des microservices d’Uber. Dans un entretien récent avec Thomas Betts d’InfoQ, elle note en effet que les meilleurs candidats pour les projets de microservices sont les entreprises qui sont confrontées à des problèmes d’évolutivité. Les microservices peuvent aider à gérer les applications dans lesquelles “les limitations en termes d’évolutivité introduisent de graves problèmes de stabilité et de performances, il est impossible de travailler sur l’application et la rapidité des développeurs est au point mort”.

(Par coïncidence, c’est un autre Fowler, prénommé Martin, qui a jeté les bases des microservices en 2014, notamment cette définition : “Le style architectural des microservices est une approche qui envisage le développement d’une application comme une suite de petits services, chacun exécutant son propre processus et communiquant avec des mécanismes légers, souvent une API de ressources HTTP”.)

Problème d’isolement

Pour de nombreuses entreprises, une architecture de microservices qui fonctionne bien peut être un objectif difficile à atteindre. “La plupart des systèmes n’ont pas été conçus dans l’optique d’une architecture de microservices”, souligne Susan Fowler. En conséquence, de nombreux microservices finissent par être conçus de manière isolée ou dans des environnements en silos.

Les microservices ne se marient pas forcément bien non plus avec les environnements DevOps, observe-t-elle encore. En général, notamment dans les centres de traitements à grande échelle, il y a une séparation évidente entre le travail lié au développement et celui lié aux opérations. En revanche, dans une architecture de microservices, “il y aura des dizaines, des centaines ou des milliers de microservices et, par conséquent, plusieurs équipes chargées du développement des microservices. Il n’est pas pertinent pour une entreprise de doubler les effectifs de chacune de ces équipes pour qu’il y ait à la fois des développeurs et des ingénieurs des opérations”.

Toujours est-il qu’une architecture de microservices doit être bien adaptée à l’entreprise. Dans un autre billet sur son blog, Susan Fowler préconise une approche en quatre couches.

  • Couche du matériel :outils de gestion des configurations, bases de données, serveurs, surveillance et journalisation au niveau de l’hôte, systèmes d’exploitation, isolation des ressources, abstraction des ressources.
  • Couche des communications : points de terminaison DNS, équilibrage de charge, messagerie, réseau, appels de procédures à distance, découverte de services, registre de services.
  • Couche des applications : cycle de déploiement, environnement de développement, surveillance et journalisation au niveau des microservices, outils de développement internes en libre-service, tests, package, outils de version et lancement.
  • Couche des microservices : les microservices.
  • Iaas ou PaaS pour les ‘containers’ de microservices ?
  • 5 points clés pour réussir un projet DevOps
  • Tendances Cloud d’ici à 2018 : sécurisation, conteneurisation, Analytics et Big data
  • DCOS : Mesosphere s’impose sur le segment du système d’exploitation pour les centres de données
  • Pourquoi le Paas est l’avenir de l’application d’entreprise

Pourquoi les microservices ne sont peut-être pas faits pour tout le monde

Source : L’article << Pourquoi les microservices ne sont peut-être pas faits pour tout le monde >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

By | 2017-04-22T18:19:23+00:00 avril 22nd, 2017|Actualité|0 Comments

Leave A Comment