Ransomware NotPetya : les entreprises chiffrent leurs lourdes pertes

Sécurité : La firme de santé et d’hygiène Reckitt Benckiser avertit que l’attaque de ransomware pourrait lui coûter 100 millions de livres de revenus. D’autres sociétés s’efforcent toujours de rétablir leurs systèmes.

Ransomware NotPetya : les entreprises chiffrent leurs lourdes pertes - 2017 - 2018 

Reckitt Benckiser – connu pour les produits de nettoyage Dettol, les comprimés de Nurofen, les préservatifs Durex et plus encore – a averti que l’attaque du ransomware Petya pourrait lui coûter jusqu’à 100 millions de livres sterling.

La société a été victime de Petya le jour de l’attaque mondiale du ransomware et, une semaine plus tard, certaines de ses applications clés restent partiellement opérationnelles et un certain nombre de sites ne sont toujours pas opérationnels.

Bien que l’attaque ait été contenue avec succès, les efforts visant à minimiser son impact ont perturbé les systèmes de fabrication et de commande, ce qui a une incidence sur la capacité de Reckitt Benckiser à expédier les produits. L’entreprise britannique anticipe par conséquent une baisse de 2% de la croissance des revenus nets.

Livraisons et facturations boquées

Le groupe considère néanmoins avoir fait de “bons progrès” pour faire en sorte que les applications et les systèmes soient rétablis et fonctionneront bientôt “normalement” pour les clients et les partenaires.

“Nous croyons que ce problème a été matériellement contenu, et nous continuons à travailler avec nos partenaires informatiques pour résoudre les éléments restant en suspens” a déclaré Reckitt Benckiser dans un communiqué.

“L’attaque a perturbé la capacité de la société à fabriquer et à distribuer des produits à ses clients sur de multiples marchés du groupe RB. Par conséquent, nous n’avons pas pu expédier et facturer des commandes aux clients avant la clôture du trimestre” précise-t-il.

La société indique qu’elle évalue toujours l’impact financier global des événements et espère rattraper certains des revenus perdus au cours du prochain trimestre. Elle ajoute cependant que “les difficultés de production persistantes dans certaines usines signifient que nous espérons également perdre des revenus supplémentaires” .

Même si le ransomware NotPetya semblait viser principalement l’Ukraine, des organisations dans le monde entier ont été victimes de cette cyberattaque.

L’une des premières victimes de haut niveau en dehors de l’Europe de l’Est était la société danoise de transport et d’énergie Maersk qui a fermé ses systèmes informatiques sur plusieurs sites en raison de l’attaque. Cependant, la société fonctionne à nouveau normalement. Quant au coût pour ses finances, elle estime ne pas être en mesure pour le moment de l’évaluer.

“Nous vous remercions de votre patience et de votre soutien à la lumière de la récente cyberattaque. Nous sommes ravis de signaler que nos opérations fonctionnent désormais presque à la normale” écrit Maersk dans un communiqué.

Pertes encore à évaluer pour Maersk

D’autres organisations sont toujours occupées à gérer les effets de Petya. La filiale de livraison de FedEx, TNT Express, a été touchée par la cyberattaque mondiale et, le 6 juillet, elle s’efforçait toujours de rétablir ses systèmes.

“Comme beaucoup d’autres entreprises à travers le monde, nous rencontrons des interférences avec certains de nos systèmes au sein du réseau TNT” a déclaré dans un communiqué la société.

“Nous mettons en œuvre des mesures de remédiation aussi rapidement que possible pour soutenir les clients qui subissent une interruption limitée des opérations de collecte et de livraison et l’accès aux systèmes de suivi” ajoute le transporteur.

Très peu de victimes de Petya ont payé aux pirates la rançon. Certains ont spéculé que le ransomware était une couverture pour l’objectif réel du virus : provoquer le chaos en rendant les données des machines infectées irrécupérables.

Alors que l’identité des agresseurs reste un mystère, le ministère de l’Intérieur de l’Ukraine a déclaré qu’une deuxième cyberattaque avait été empêchée en confisquant les ordinateurs et les serveurs du logiciel local MeDoc.

On pense qu’une mise à jour du logiciel de fiscalité et de comptabilité de l’entreprise a été “contaminée” par les pirates et a permis la diffusion du ransomware NotPetya.

Article traduit et adapté par Christophe Auffray, ZDNet.fr

Ransomware NotPetya : les entreprises chiffrent leurs lourdes pertes

Source : L’article Ransomware NotPetya : les entreprises chiffrent leurs lourdes pertes >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

Ransomware NotPetya : les entreprises chiffrent leurs lourdes pertes - 2017 - 2018
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
Par | 2017-09-18T18:29:13+00:00 juillet 8th, 2017|Actualité|0 commentaire

Laisser un commentaire