Des ransomwares ciblent les visiteurs francophones de sites pornographiques

Une campagne de malvertising cible les visiteurs de sites pornographiques de 50 pays différents, et les incite à payer une rançon, selon une étude Bitdefender.

Les internautes de France, d’Espagne, d’Australie, de Roumanie, des Etats-Unis et de quelques 45 autres pays sont actuellement visés par une campagne de malvertising.

La campagne a été découverte au mois d’août 2015 et est toujours active. Le serveur qui héberge la publicité est toujours en état de marche, bien que le réseau publicitaire ait été notifié de l’activité illégale perpétrée par son service.

Ainsi, les internautes qui se rendent sur des sites pornographiques comme xHamster sont susceptibles d’être redirigés vers une page malveillante après qu’ils aient cliqué sur une publicité pour une application de rencontres sexuelles, desservie par l’entreprise publicitaire TrafficHaus.

Comment supprimer ce ransomware ?

« A vrai dire, aucun malware n’est exécuté sur la machine, le chiffrement n’a donc pas lieu », déclare Alexandru Rusu, Chercheur en malware chez Bitdefender. « Techniquement, ce n’est pas un ransomware, c’est un type de scareware qui effraie les internautes peu expérimentés car l’écran est alors bloqué. »

La page ne se ferme pas, même si l’utilisateur paie. Afin de fermer la page – sans payer la rançon bien sûr – l’utilisateur doit ouvrir le gestionnaire des tâches en appuyant sur Ctrl + Shift + Echap. Sur Windows 8, l’utilisateur peut faire un clic droit sur Internet Explorer puis fermer le processus.

Plus d’informations sur les ransomwares : Ransomwares, cryptowares, ce que vous devez savoir

Source : Laboratoires Bitdefender

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

Par | 2017-01-27T21:15:38+00:00 octobre 27th, 2015|Actualité|0 commentaire

Laisser un commentaire