Ransomwares : la prise de conscience des PME françaises

Sécurité : Les récentes campagnes WannaCry et NotPetya ont marqué les esprits, notamment en France. Mais dans les petites entreprises, l’expertise fait défaut.

Très médiatisées, les dernières attaques par ransomware WannaCry et NotPetya ont laissé des traces du fait du nombre important d’entreprises françaises touchées. De quoi provoquer une prise de conscience assez brutale chez les dirigeants, notamment de PME. De nombreuses petites entreprises ont en effet été paralysées suite à ces campagnes.

Cette prise de conscience est illustrée par une étude réalisée par Ostermam Research pour le compte de Malwarbytes, un éditeur de sécurité (les chiffres présentés sont donc à nuancer). Ainsi, 79% des entreprises françaises de moins de 1000 salariés se disent inquiètes ou très inquiètes face à ce phénomène contre 69% au niveau mondial. Du coup, 88% affirment que la lutte contre les ransomware est désormais une priorité.

Sauf que les ressources et/ou les expertises sont souvent absentes ou parcellaires, ce qui a des conséquences sur la gestion de ces attaques. 56% des entreprises interrogées mettent au moins 12 heures pour repérer une attaque de ce type contre 44% en moins d’une heure. 41% ne parviennent pas à identifier la source d’une attaque et si 53% y réussissent (dans presque la moitié des cas, il s’agit d’un phishing), c’est bien moins que la moyenne internationale qui serait de 73%.

ZDNet vous accompagne

10 conseils pour lutter contre les ransomware dans l’entreprise (avant d’être attaqué)

 

Ransomwares : la prise de conscience des PME françaises

Source : L’article << Ransomwares : la prise de conscience des PME françaises >> est extrait de ZDNet

Du contenu qui pourrait bien vous intéresser !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-08-02T23:23:56+00:00

Laisser un commentaire