Un hacker russe reconnaît avoir encaissé des millions via un botnet

Sécurité : Un pirate russe de 41 ans a plaidé coupable devant la justice américaine. Il reconnaît avoir, grâce à un malware, infecté des milliers de serveurs informatiques dans le monde et généré ainsi des millions de dollars en paiements frauduleux.

 

Un hacker russe a plaidé coupable pour l’installation d’un malware sur des dizaines de milliers de serveurs informatiques dans le but de générer des millions de dollars en paiements frauduleux, selon le Département US de la Justice.

Maxim Senakh, 41 ans, a admis avoir installé le programme malveillant Ebury sur des serveurs partout dans le monde, dont des milliers hébergés aux Etats-Unis. Senakh, au sein de l’organisation criminelle pour laquelle il travaillait, a utilisé le malware pour créer et opérer un botnet.

Les pirates russes pas hors de portée des US

Ce réseau d’ordinateurs compromis avait pour objet de générer et rediriger le trafic Internet à des fins de fraude au clic et d’envoi de spam. Ce botnet a ainsi permis aux cybercriminels de dégager des millions de dollars de revenus, d’après la justice américaine.

Maxim Senakh a reconnu avoir personnellement tiré des bénéfices du botnet Ebury. Pour rappel, Ebury combine rootkit et backdoor, et cible principalement les serveurs Linux. Selon le CERT allemand, grâce ce malware, les pirates sont à même de voler mots de passe et identifiants et d’utiliser les systèmes piratés pour expédier d’importants volumes de spam.

Le plaider coupable d’un pirate russe est un fait rare pour le ministère de la Justice, à qui des hackers russes de premier plan ont échappé pendant des années. Plus tôt en mars, le DOJ a inculpé quatre hackers, dont deux espions russes, responsables des cyberattaques massives contre Yahoo.

Des pirates russes sont également soupçonnés d’être impliqués dans des attaques lors des élections présidentielles américaines. L’ancien président Barack Obama avait appelé à des sanctions radicales contre la Russie pour ses cyberattaques.

Senakh avait été interpellé par la police finlandaise en 2015 et extradé aux US. Après l’arrestation, les autorités russes avaient qualifié celle-ci d’illégale, estimant qu’il s’agissait d’un “abus de la loi en violation des normes procédurales internationales” rapportait Reuters.

Maxim Senakh connaîtra sa peine le 3 août. Il risque une condamnation à 10 ans de prison.

Un hacker russe reconnaît avoir encaissé des millions via un botnet

Source : L’article << Un hacker russe reconnaît avoir encaissé des millions via un botnet >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

rester-informer
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

By | 2017-03-30T07:09:17+00:00 mars 30th, 2017|Actualité|0 Comments

Leave A Comment