Un remède anti-ransomware ? Windows 10 S… Mais aussi Chrome OS

Sécurité : Windows 10 S, immunisé aux ransomware, connus, revendique Microsoft. Avec un peu d’opportunisme après la médiatisation de WannaCry ? La sécurité reste un vecteur de promotion pour l’éditeur. Mais Windows n’est pas la seule alternative dans l’éducation.

En tant que directeur de l’Agence de sécurité de l’Etat (Anssi), Guillaume Poupard encourage très régulièrement les dirigeants d’entreprise à s’emparer des questions de sécurité informatique. La propagation rapide du ransomware WannaCry a été pour lui “l’occasion de repasser des messages de prudence et de prévention.”

Mais a-t-il été entendu ? Lors d’un déjeuner le 8 juin avec la presse, le PDG d’Orange Business Services assurait que l’attaque avait été l’opportunité d’une véritable prise de conscience. Et Thierry Bonhomme de préciser que cette prise de conscience intervient au sein des comités de direction, avec des PDG qui interrogent directement leurs équipes sécurité et/ou leurs prestataires.

Si t’as peur des ransomware, tape dans tes mains !

La crainte vis-à-vis des ransomware peut-elle également devenir un facteur de choix dans un système d’exploitation, et plus spécifiquement d’une édition de Windows ? Microsoft aimerait, semble-t-il, le suggérer.

La peur comme levier marketing ? Toujours est-il que l’éditeur est bien décidé à faire la promotion de Windows 10 S, une édition de son dernier OS qu’il destine au secteur de l’enseignement, comme alternative à Chrome OS et aux Chromebook.

La particularité de cette version : elle n’autorise pas l’installation d’apps autres que celles hébergées sur la boutique officielle Microsoft. De quoi ainsi prévenir les problèmes de performances imputables aux applications – et très pénalisants sur des configurations basses.

Mais Windows 10 S présenterait un autre avantage : être à l’épreuve des ransomware. Ou du moins ceux connus actuellement. C’est la déclaration faite par Microsoft à l’occasion de la publication d’un livre blanc où sont détaillées les protections “nouvelle génération” contre les ransomware de Windows 10 Creators Update.

Or d’après des données compilées par l’éditeur, les accrochages avec des ransomware sont en nette hausse depuis janvier – mais après un profond déclin par rapport à l’été 2016. Sur le graphique ne figurent cependant les données de mai, mois durant lequel des milliers de machines Windows 7 et Server 2008 ont été infectées par WannaCry. 

Un remède anti-ransomware ? Windows 10 S… Mais aussi Chrome OS - 2017 - 2018

Microsoft ne manque pas de souligner en revanche “qu’aucun client connu de Windows 10 n’a été compromis par la cyberattaque mondiale récente WannaCrypt.”

Pas d’apps hors Windows Store, moins de risques

Le temps dira si les auteurs de ransomware découvriront un moyen d’infecter Windows 10 S ou s’ils estiment que cela n’en vaut pas la peine, compte tenu notamment de la taille de la base installée de PC sous Windows 7 – finalement plus infectée que Windows XP par WannaCry.

Par ailleurs, aucun PC sous Windows 10 S n’est à ce jour disponible sur le marché. Le premier devrait être Surface Laptop de Microsoft. Les constructeurs tiers doivent eux encore annoncer leurs terminaux.

Windows 10 S peut-il néanmoins se prévaloir d’une sécurité accrue (par rapport aux autres Windows) ? Avec un modèle fermé inspiré de celui d’Apple pour l’iPhone, il est probablement exposé à un niveau de menace moindre. Ne serait-ce qu’en raison de l’impossibilité pour les utilisateurs d’installer une app hors du Windows Store. Cela réduit donc le risque d’une contamination par un logiciel malveillant.

Cette version supprime ainsi le risque posé par certaines applications Win32 anciennes, et offre un mécanisme de mise à jour unifié pour toutes les applications autorisées. Elle dispose également de nombreuses fonctionnalités de sécurité d’entreprise de Windows 10 Pro pour aider les services informatiques à gérer les flottes de PC.

Le livre blanc de Microsoft sur Windows 10 Creators Update observe le recul important des attaques de types drive-by downloads et kits d’exploitation avec ransomware. Le courrier électronique continue de rester populaire, tandis que WannaCry et d’autres familles de ransomware, comme Spora, explorent le réseau comme mode d’infection.

D’autres OS sécurisés pour l’éducation

Microsoft répartit les défenses Windows 10 en trois catégories, y compris les protections hors machine, dont des fonctions de sécurité sur les URL d’Office 365 et la protection du navigateur Edge. Sur Windows 10 lui-même, l’éditeur a intégré des protections comme Windows Defender, Device Guard, et l’Antimalware Scan Interface.

La sécurité a très tôt été mise en avant par Microsoft pour encourager particuliers et entreprises à migrer de Seven vers Windows 10. L’attaque WannaCry et les ransomware en général offrent l’opportunité à la firme d’illustrer les bénéfices d’une migration.

Un remède anti-ransomware ? Windows 10 S… Mais aussi Chrome OS - 2017 - 2018 

Mais dans le monde de l’éducation, auquel Microsoft destine Windows 10 S, les établissements pourraient comme en Amérique du Nord opter pour Chrome OS. Le système de Google n’est a priori pas visé par des ransomware. Et la firme de Mountain View doit l’adoption de sa plateforme à sa stabilité et ses fonctions d’administration, pas uniquement à la sécurité.

Un remède anti-ransomware ? Windows 10 S… Mais aussi Chrome OS

Source : L’article Un remède anti-ransomware ? Windows 10 S… Mais aussi Chrome OS >> est extrait de ZDNet

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

Un remède anti-ransomware ? Windows 10 S… Mais aussi Chrome OS - 2017 - 2018
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
Par | 2017-09-18T18:29:22+00:00 juin 9th, 2017|Actualité|0 commentaire

Laisser un commentaire