Une ferme à clics mise à jour en Thaïlande

Technologie : Un entrepôt abritait des centaines de smartphones reliés au web pour créer des comptes imaginaires sur les réseaux sociaux, de publier de faux avis et de fausses appréciations en ligne. De quoi fausser le contenu des plate-formes numériques telles que Facebook, Amazon, ou encore Twitter.

Cela s’appelle une ferme à clics : un entrepôt qui abrite des centaines de smartphones reliés au web dont le rôle est de créer des comptes imaginaires sur les réseaux sociaux, de publier de faux avis et de fausses appréciations en ligne. Des services payants bien sûr, destinés à fausser le contenu des plate-formes numériques telles que Facebook, Amazon, ou encore Twitter.

 

Exemple de ferme à clic.

La police thaïlandaise a mis à jour une de ces fermes recelant 474 téléphones et 347.200 cartes SIM d’opérateurs locaux, à la frontière avec le Cambodge mentionne Tech 2. Dix ordinateurs permettaient d’automatiser et de synchroniser le travail des téléphones.

En l’espèce, c’est le réseau social chinois WeChat et ses utilisateurs qui étaient victimes de cette ferme à clic. La tête pensante de cette arnaque au clic serait elle aussi d’origine chinoise. Il s’agirait d’une entreprise présente sur WeChat qui souhaitait gonfler artificiellement le trafic web vers ses produits, en produisant de fausses vues, de faux likes et des partages artificiels.

Le rôle des opérateurs

Trois personnes ont été arrêtées par les autorités. Elles risquent 5 ans de prison. L’affaire n’est toutefois par terminée et pourrait inquiéter les opérateurs, qui doivent en principe conserver les dossiers des utilisateurs une fois les cartes activées. La vente de 347.200 cartes SIM n’auraient donc pas du passer inaperçu.

Une ferme à clics mise à jour en Thaïlande

Source : L’article << Une ferme à clics mise à jour en Thaïlande >> est extrait de ZDNet

Du contenu qui pourrait bien vous intéresser !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles 1 avis, 5,00/5
Loading...
2017-09-18T18:29:21+00:00

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.