Le happy slapping ou «vidéolynchage» ou «vidéoagression», qui pourrait se traduire par «giffler pour s’amuser» est une pratique” qui consiste à filmé une agression via son téléphone portable et en général celle-ci est publiée sur les réseaux sociaux ou sur Youtube.

Happy slapping

Ce phénomène est apparu dans les années 2004, mais qui a “ouvert les yeux” aux autorités en 2005 suite à l’agression d’une adolescente de 15 ans, Chelsea O’Mahoney qui a subit des violences en gare de Londres.

En France, ce phénomène est apparu environ un an plus tard en 2006 l’agression, filmée avec un téléphone portable, d’une enseignante du lycée Lavoisier de Porcheville dans les Yvelines.

Un enseignant malentendant du lycée professionnel Emile-Combes à Bègles a été violemment agressé par ses élèves au début du mois de juin 2015. Les images de cette agression avait été diffusées sur les réseaux sociaux.

Au moins trois élèves auraient porté des coups et proféré des insultes à l’encontre de cet enseignant, en plein cours. Un quatrième élève a filmé la scène à l’aide d’un téléphone portable. Postée sur les réseaux sociaux, la vidéo a été vue par hasard par la mère d’un élève qui a alerté la direction du collège. Un professeur évoque des « images insoutenables. »

Car selon une note de l’Education nationale parue en juillet 2014, 0,6 % des personnels de l’éducation nationale seraient victimes d’agressions physiques.

les cas de “happy Slapping” reste peu fréquent en France, mais certains cas avérés en Grande-Bretagne montre et démontre que ce phénomène peut amener a des vidéos allant jusqu’à filmé la mort de la victime ou le viol.

Il n’existe aucune statistique sur le phénomène “happy Slapping”, même si celle-ci ne ferait qu’attiser l’envie de faire ce genre de chose (avis perso).

Mais que dit la loi ?

L’auteur des atteintes à l’intégrité corporelle de la victime voit son comportement réprimé par les articles 222-1 à 222-14-1 et 222-23 à 222-31 du Code pénal.

Depuis le 5 mars 2007, le fait de filmer ou de photographier des actes de violence est un délit en France (loi française du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance, article 222-33-3 du code pénal). Le nouveau texte incrimine également la diffusion de ces images, quiconque les enregistrant et les faisant circuler étant considéré comme complice. Ainsi, il prévoit que « le fait de diffuser l’enregistrement de telles images est puni de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amendes.

Mais la prévention dans tout cela ?

La prévention est un vaste sujet depuis l’apparition des nouvelles technologie, elles ne s’arrêtent pas au fait de naviguer sur le net sur des site internet plus ou moins louche ou autres. (porno., de propagande, etc, …), mais aussi via les téléphones portable.

  • Pour les parents(comme moi), même si bon d’un point de vue atteinte aux libertés, vérifier le contenu du téléphone.
  • Parler avec votre adolescent des risques liés au faite de filmé ce genre de choses.

Mon enfant est victime de cela, que faire ?

Si votre enfant est victime, c’est qu’il vous en a parler, c’est déjà une bonne chose. Il extériorise son mal et mal-être.

  • Prévenez les forces de l’ordre (Dépôt de plaintes),
  • Prévenez les services Scolaire,
  • Prenez contact avec des associations de Victimes.

Sachez que ce phénomène est peu fréquent, mais que cela existe, ne penser pas que celui-ci peut ou arrive aux autres. parler avec votre enfant, ne faite pas d’intrusion sur son téléphone en sa présence, bien entendu je n’ai pas la science infuse concernant ce phénomène, mais d’après un regroupement d’information pris ici ou là, qui me permet de vous aidez ou expliquer comment faire face à ? ou alors que faire pour prévenir.

Car comme le dit l’adage :

Vaut mieux prévenir que guérir.

Une sélection d'articles qui pourraient vous intéresser ...

Happy slapping  Happy slapping
Ne manquez plus rien!
Abonnez-vous dès maintenant aux infos de SOSVirus et recevez chaque mois, le meilleur de la sécurité informatique : news, tutos, hacking, alerte ransomware, spam alerte ...